Wall Street se termine en désarroi, prudence devant la BCE (mise à jour), actualité des entreprises

Remplissez le formulaire ci-dessous et bénéficiez d'un conseil personnalisé de nos équipes :

Remplissez le formulaire pour obtenir la meilleure offre sur votre rachat de crédit !

⭐⭐⭐⭐⭐ 4.6 / 5. Faites votre simulation de remboursement de crédit immédiatement. Notre service est utilisé par plus de mille personnes chaque jour.

(Avec les taux mis à jour et les changements)

par Juliette Rouillon

NEW YORK, 10 septembre (Reuters) – La Bourse de New York a mis fin à l'instabilité mardi alors que les rendements obligataires ont augmenté face à l'incertitude entourant les perspectives de mesures de relance de l'économie mondiale de la Banque centrale européenne, qui viennent tout juste de signaler un ralentissement, notamment en Chine.

L'indice Dow Jones a progressé de 73,92 points, ou 0,28%, à 26 909,43. Le S & P-500 au sens large a gagné 2.979.39 0.96 points, ou 0.03%. Le Nasdaq Composite a perdu 3,28 points (-0,04%) à 8 084,16 points.

Les prix à la production chinois ont diminué de 0,8% en août par rapport à la même période l'an dernier, soit la plus forte baisse depuis août 2016, un chiffre qui a ravivé les craintes d'un fort ralentissement de la croissance mondiale.

Ces éléments appellent un assouplissement sensible de la politique monétaire des grandes banques centrales – une perspective déjà largement intégrée dans les tribunaux. Certains investisseurs craignent toutefois que la BCE et d'autres banques centrales aient atteint les limites du soutien financier, en particulier lorsque les taux d'intérêt sont négatifs.

"Dans l'attente de l'actualité de la BCE jeudi, il n'est pas étonnant que les investisseurs soient nerveux (…)", a déclaré Jim Vogel, un stratège du marché des intérêts chez FTN Financial.

La Réserve fédérale américaine devrait également abaisser ses taux d’intérêt après sa réunion de la semaine prochaine.

Sur le front commercial, Peter Navarro, conseiller à la Maison Blanche, a appelé à la patience face au différend Washington-Pékin.

VALEURS

Apple a pris 1,18% après l'annonce par le groupe, lors de sa conférence annuelle, de ses nouveaux produits, qu'elle commencerait à s'abonner au service de télévision à la demande le 1er novembre à 4,99 $ par mois.

La chaîne de restauration rapide de Wendy's a perdu 21,21%, annonçant que son bénéfice ajusté par action ajusté devrait baisser en 2018 plutôt qu’augmenter en raison de son investissement dans la formule petit-déjeuner. Guggenheim et BTIG ont déclassé leur reco notre agencendation sur la rubrique "achat" sur "neutre".

L'annonce par McDonald's du rachat de la start-up Apprente de la Silicon Valley, en baisse de 3,49%.

Ford a perdu 1,36% après que Moody's ait abaissé sa cote de crédit en junk.

UNE JOURNÉE PAS UN INDICATEUR AMÉRICAIN

SESSION EN EUROPE

Les marchés boursiers européens plus importants ont clôturé la session irrégulière, les investisseurs semblant s'inquiéter des signes de récession et s'attendant à ce que la BCE assouplisse davantage sa politique monétaire jeudi.

À Paris, le CAC 40 a progressé de près de 0,6% après avoir perdu 0,08% (4,26 points) à 5 593,21 points. À Londres, le FTSE 100 a progressé de 0,44% et à Francfort, de 0,35%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,11%, l'indice FTSEurofirst 300 0,1%, tout comme l'indice Stoxx 600.

La croissance la plus importante de ce secteur a été enregistrée dans le secteur bancaire, où les rendements obligataires ont repris et progressé de 2,09% par jour. Cela soulève les cinq dernières sessions de plus de 7,7% et revient à son niveau début août.

Milan a été une exception, ce qui a donné une réponse de 0,4% à Reuters que Rome pourrait augmenter ses prévisions de déficit budgétaire pour 2020.

TAUX

Les obligations ont continué de se redresser à l'approche des réunions de la BCE et de la Fed, ce qui a permis aux obligations d'État de réaliser un profit.

Les rendements du Trésor à 10 ans se situent à près de 11 points de base – 1,735%, le plus haut niveau du mois.

En Europe, le Bund allemand a grimpé à -0,543% en dix ans et atteint son plus haut niveau depuis le 8 août. Il a gagné plus de 16 points de base en une semaine.

Le Bund, âgé de 30 ans, est revenu en territoire positif pour la première fois en plus d'un mois.

Angela Merkel a déclaré avec son ministre social-démocrate aux Finances, Olaf Scholz, que Berlin était prête à lancer un plan global de relance économique en cas de ralentissement économique, et Angela Merkel a déclaré que son gouvernement s'en tiendra à ses politiques. budget équilibré.

Échange

Sur le marché des changes, le dollar s'est maintenu contre le panier de devises de référence, notamment l'euro, mais a légèrement devancé la BCE.

La livre sterling a légèrement augmenté après le nouvel échec des parlementaires britanniques face au Premier ministre Boris Johnson et la promulgation d'une loi l'obligeant à demander le report du Brexit si aucun accord n'est conclu avec Bruxelles. 31 octobre.

Huile

Les prix du pétrole ont chuté après que le président américain Donald Trump ait limogé son conseiller John Bolton, qui soutient la ligne dure adoptée par l'Iran qui a déclenché des spéculations sur le retour des exportations de pétrole iranien.

Trump a mis fin brusquement aux engagements de Bolton, signalant de nombreux désaccords avec son conseiller à la sécurité nationale, la prétendue "grand-mère" et fervent défenseur de l'Iran ou de la Corée du Nord.

À la fin de la session, l'annonce de la révision à la baisse de la demande mondiale prévue par l'Agence fédérale de l'énergie des États-Unis a également contribué au retournement du marché après la surveillance de la production par l'OPEP et ses alliés après quatre séances de hausse des prix.

La Energy Information Administration (EIA) a abaissé ses prévisions de croissance de la demande mondiale de pétrole brut de 110 000 barils par jour cette année à 890 000 barils cette année et de 30 000 barils l’année prochaine à 1,40 million de bases.

MERCREDI POUR VOIR DES CHOSES:

Les investisseurs attendent le rapport mensuel de l'OPEP ainsi que les prix à la production aux États-Unis en août. (Chuck Mikolajczak et Uday Sampath Kumar, Juliette Rouillon pour le service français)


4.1 (77%) 24 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *