dans ce différend avec Houphouët-Boigny, ancien président de la Côte d'Ivoire

Remplissez le formulaire ci-dessous et bénéficiez d'un conseil personnalisé de nos équipes :

Remplissez le formulaire pour obtenir la meilleure offre sur votre rachat de crédit !

⭐⭐⭐⭐⭐ 4.6 / 5. Faites votre simulation de remboursement de crédit immédiatement. Notre service est utilisé par plus de mille personnes chaque jour.

(Agence Ecofin) – Dans le cadre d’un procès intenté contre les survivants d’un client ayant hérité du BIAO Côte d’Ivoire, la NSIA Banque détenait 609 000 actions NSIA Banque Bénin en Côte d’Ivoire, d’une valeur totale de 6 milliards de FCFA (9 2 millions d’euros), la somme principale de 129 268 132 (197 067) a été saisie pour payer le FCFA. EUR), sans préjudice des intérêts juridiques et des frais de procédure, des sources proches de la présente affaire ont été rapportées.

Initialement une transaction de prêt entre une banque et une personnalité politique

Le litige porte sur une demande de remboursement de 63,4 millions de FCFA présentée par Siaka Berté, du nom de Siaka Berté, à BIAO CI, qui est devenue aujourd'hui la NSIA Banque CI. Ce personnage public avait un déficit de compte courant de 30 millions de FCFA. Prêt à taux d'intérêt de 13% et commissions, qui peuvent tous être capitalisés conformément aux règles des comptes bancaires (intérêts successifs). La transaction était garantie par une hypothèque sur l'une des propriétés de l'emprunteur.

Le prêt n'a pas été remboursé, le BIAO Côte d'Ivoire ayant introduit un recours devant le tribunal de première instance de Bouaké et ayant reçu un arrêt le 21 janvier 1983 lui ordonnant de lui verser 43,6 millions d'EUR. Francs CFA. Toutefois, pour une raison quelconque, les parties n’avaient pas fermé le compte bancaire et même si le jugement avait fixé le montant de 43,6 millions de FCFA, le montant de la dette à rembourser à BIAO Côte d’Ivoire serait toujours dû. Ivoire, le principe de capitalisation semblait se poursuivre.

Pour se conformer à cet arrêt, la Banque a utilisé la saisie d’une créance de 107,1 millions de francs français à la disposition de son client. L 'analyse montre que le BIAO Côte d' Ivoire, après l 'arrêt du 21 janvier 1983, avait accumulé intérêts et commissions et avait recouvré des redevances d' entretien s'élevant à 63,4 millions de francs CFA.

3.6 (87%) 32 votes